Quelles aides peut percevoir une femme veuve ?

Publié le : 03 mars 20224 mins de lecture

La mort d’un proche est un événement que personne ne souhaite prévoir, à plus forte raison lorsqu’elle concerne son conjoint. Mais qu’on le veuille ou non, personne ne l’évite indéfiniment et lorsque l’inattendu survient, on est privé de tous ses moyens, sur le plan émotionnel, mais également, sur le plan financier. Découvrez toutes les aides auxquelles vous pouvez prétendre si vous êtes concernée par le veuvage.

L’allocation de veuvage

Octroyée par la sécurité sociale, la pension de veuvage est une aide financière destinée aux veuves de moins de 55 ans. Au-delà de cet âge, vous ne pouvez plus y prétendre, mais ne vous inquiétez pas, d’autres allocations sont prévues pour les autres tranches d’âge.

Par ailleurs, vous devez résider en France et ne devez être ni remariée, ni en concubinage, ni liée à quelqu’un par le PACS. Concernant vos ressources financières, elles ne doivent pas au cours des trois mois précédant votre demande, excéder les 778 euros par mois, soit 2 335 euros pour les trois mois.

Par ailleurs, votre conjoint décédé doit avoir été marié ou pacsé à vous. Il doit également avoir souscrit  l’assurance vieillesse au moins 3 mois précédant sa disparition. Sachez que l’allocation veuvage cesse d’être versée à partir du moment où vous vous remarier. Pour faire une demande, adressez-vous à la Carsat (caisse d’assurance retraite et de santé au travail).

La pension de réversion

Si votre conjoint vous a quitté et que vous avez plus de 55 ans, la pension de réversion vous est destinée. Toutefois, le montant des allocations qui vous seront versées dépendra du régime de retraite de votre ancien époux de son vivant.

Si ce dernier était salarié, vous aurez droit à une part de sa retraite de base, sans que celle-là dépasse les 54%. Si en revanche, il était fonctionnaire, vous avez droit à la moitié de sa retraite, mais il faut que le mariage ait duré au moins deux ans. Quoi qu’il en soit, la condition en ce qui concerne le remariage est la même qu’en matière de pension de veuvage, de même pour le plafond de revenu mensuel.  

La pension d’invalidité de la veuve

Comme la pension de veuvage, elle n’est valable que pour les moins de 55 ans. Vous devez également subir une invalidité qui a réduit d’au moins 2/3 votre aptitude à travailler. Par ailleurs, votre défunt mari doit avoir été affilié à une pension d’invalidité ou de retraite allouée par le régime général de sécurité sociale.

Pour en bénéficier, effectuez votre demande auprès de la Cnam  (Caisse nationale d’assurance-maladie) qui vous fournira un formulaire de renseignements à remplir. Joignez à ce formulaire toutes les pièces justifiant que vous remplissez les critères et vous recevrez cette aide.

AJAP : qui peut percevoir l’allocation journalière d’accompagnement ?
Qu’est ce que le capital décès ?

Plan du site